Le prix du whisky est-il aussi volatile que l’alcool ?

Le prix du whisky : une échelle vertigineuse

En visitant une boutique spécialisée en vins et spiritueux à Londres, et en admirant la collection de bouteilles prestigieuses, nous sommes tombés sur une vénérable bouteille de 50 ans d’âge, en verre de Lalique, affichée à £38 000. On ne vous dira pas cette fois de quel whisky il s’agissait. Renseignements pris, il y a des acheteurs pour ce type de bouteilles et pas seulement lors de séances d’enchères. Nous sommes repartis pour notre part, un peu circonspects, sans avoir acquis le précieux élixir.

En France, on peut trouver même sur internet des bouteilles dont le prix avoisine les 5 000 €. Certains guides, comme les 101 whiskies d’Ian Buxton, s’arrêtent eux à la barre des 1500 € et proposent en général une gamme ne dépassant pas les 750 € de prix pour une bouteille de whisky.

Pour notre part, sur la boutique en ligne du Monde du Whisky, nous avons sélectionné des expressions dont le prix est compris dans une fourchette de 30 € à 130 €. En effet, nous souhaitons nous adresser en priorité aux amateurs qui ont envie de découvrir plus de choses sur le whisky, de nouveaux arômes et saveurs, de passer de bons moments de dégustation, sans pour autant débourser des sommes considérables.

Le prix du whisky, quelles différences entre grain et single malt

L’avènement de la distillation continue dans des alambics de type coffee still pour la distillation du grain a certainement contribué à la baisse des coûts de production. En effet, le processus de distillation dans des alambics traditionnels à repasse nécessite une plus grande surveillance et limite les volumes qu’une distillerie peut produire en une année. De plus, produire un single malt à partir d’orge maltée nécessite un nombre d’étapes conséquent, ainsi qu’un savoir faire pointu pour maîtriser le processus de fermentation dans lequel les enzymes de l’orge maltée vont jouer un rôle primordial.

On comprend aisément qu’un single malt représente des coûts de production bien plus élevés que ceux d’un whisky de grain, principale composante des blends, produit en volumes beaucoup plus importants par des chaînes industrialisées.

L’âge compte pour le prix du whisky

L’âge d’un whisky, signe de maturité, est aussi synonyme de ressources importantes immobilisées pendant une ou plusieurs décennies. En effet, le prix d’un fût de chêne varie entre 300 € et 600 € et des centaines de milliers de ces fûts attendent patiemment leur tour dans les chais pour être embouteillés.

Et que dire de la part des anges qui représente environ 50 L par fût sur une période de 10 ans. Plus le whisky vieillit, moins il en reste au bout du compte dans un fût.

Même si le vieillissement n’est pas en soi un gage de qualité, c’est en tout cas un facteur de différenciation, de polissage et de finition qui a son prix.

L’avènement des collectionneurs, un facteur d’augmentation du prix du whisky

L’augmentation du prix de certaines bouteilles au cours des années a pu faire germer l’idée qu’après tout, une bonne bouteille serait l’équivalent d’un investissement, puisque sa valeur s’accroît avec le temps. C’est ainsi que s’est développé une sorte de bulle attirant des personnes à la recherche d’un placement plus que d’un moment éphémère mais intense de bonheur. Espérons que cette bulle ne va pas se dégonfler brutalement en entraînant l’industrie du whisky dans des remous déstabilisants et que nous pourrons continuer à profiter de nos marques préférées à des prix abordables.